A la une Politique

Mariage précoce : Les difficultés en famille à l’origine

Les difficultés vécues en familles  sont souvent considérées comme les causes primordiales pour justifier l’engagement des enfants dans des unions conjugales précoces, rapporte un document du ministère du Genre, Enfant et Famille. Selon la source, la qualité et la quantité des ressources et services offerts à l’enfant par sa famille, premier milieu qui le reçoit, influeront positivement ou négativement sur la satisfaction de tous ses besoins jusqu’à son entrée dans la vie adulte.

La durée de l’enfance et le maintien notamment des filles en famille, au-delà de leur dix-huitième année en dépendent, ajoute la source, relevant d’autres facteurs des mariages précoces. Il s’agit, entre autres, de l’ignorance des droits de l’enfant qui amène beaucoup de parents à considérer que les filles ne sont pas égales aux garçons en matière d’éducation, de la survalorisation de la maternité comme une forme de richesse ou de reconnaissance et de la recherche d’une autonomie précoce, en tant que moyen d’expression d’une crise d’adolescence.

Ce dernier cas  entraîne parfois bon nombre de filles et de garçons dans des unions libres, sans consentement des parents ni versement de la dot, favorisant ainsi le phénomène « yaka to vanda » (ou concubinage), conclut la source.

ACP

Qu'en pensez-vous?

Facebook

Get the Facebook Likebox Slider Pro for WordPress
%d blogueurs aiment cette page :