A la une Politique

Alphonse Ngoyi Kasanji :  » Rapport mensonger…JED doit apprendre à enquêter « 

Cité parmi les bourreau de la Presse dans le récent rapport de l’ONG  » Journaliste En Danger  » (JED), le gouverneur du Kasai Oriental, Alphonse Ngoyi Kasanji, de retour des Etats Unis a réuni la presse dans la capitale, Kinshasa, pour réagir et rétablir les faits. Dans son mot, le gouverneur de cette province du centre de la RDC a démontré que le rapport de l’ONG contient plusieurs irrégularités :  » JED parle des journalistes Dede Kabangu, Vicky Kazumba et Vincent Ngoyi qui ont été tabassé par ma garde rapprochée tout en oubliant que les 3 précités sont des agents de la chaine de télévision  » Océan Pacifique  » et membres de la communication du gouvernorat. Ce sont mes proches collaborateurs jusqu’à ce jour. Le fameux 22 décembre, alors que je dirigeais une réunion de sécurité, j’ai dû quitter mon bureau pour mettre fin à une dispute entre ces journalistes et la garde du gouvernorat. Ils n’ont jamais été tabassés, mais se sont disputés avec des policiers qui sont leurs collègues au gouvernorat. Ils n’ont jamais été entendus ni convoqués par JED pour témoigner « . Et au gouverneur de se demander comment cette ONG établit-il ses rapports ?

JED a, outre ce premier fait, établit une interdiction faite aux médias de la ville de Mbuji-Mayi de diffuser des émissions à caractère politique. Des faits qui demandaient, selon Ngoyi Kasanji, une petite connaissance de la situation réelle dans la Ville de Mbuji-Mayi au moment des faits, mais surtout de la Constitution et des Lois du pays.  » Imaginez-vous que nous avions des radios communautaires non en règle avec l’Etat qui produisaient des émissions politiques et séditieuses pendant plus de quatre heures avec téléphone ouvert. Et quand il fallait vérifier le cahier des charges, on se rendait compte que c’était tout à fait autre chose  » faisait remarquer Kasanji qui avait pris aussitôt contact avec le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication et l’Union Nationale de la Presse du Congo. Cette dernière structure après consultation avec les médias et journalistes a même organisé sur place à Mbuji-Mayi une session de formation pour les journalistes politiques.  » JED devait avoir honte de défendre des émissions insurrectionnelles à l’approche de la menace Kamuina Nsapu et savoir que cette mesure d’interdiction n’était qu’un moratoire. A ce jour, plusieurs émissions politiques ont repris leur diffusion après concertation avec les principaux responsables «  fait-il remarquer.

En conclusion, le gouverneur parle d’un rapport  » erroné avec des faits ramassés sans une enquête sérieuse et destiné à salir des personnes  » :  » On sait comment certaines ONG font pour vivre. Il leur faut justifier les financements reçus. Si JED avait enquêté sérieusement sur l’agression du journaliste Pierre Serge Ntumba, il se serait rendu compte qu’un autre journaliste avait été visité par deux fois dans le meme quartier ainsi qu’une dame. Des faits qui avaient pour origine l’insécurité créée par des bandits et autres insurgés Kamuina Nsapu dans notre Province…JED devait se faire plus sérieux en enquêtant et en disant la vérité « 

Binôme Kasenji

Qu'en pensez-vous?

Facebook

Get the Facebook Likebox Slider Pro for WordPress
%d blogueurs aiment cette page :